Les Arènes

RetourPatrimoine_et_curiosites.html

Bienvenue sur le site de la Ville de Garlin

 

Profitant d’un éclairage sans trou, pointeurs et tireurs font rouler les boules lors de sympathiques soirées de pétanque ou lors des concours organisés par le club dans cet original champ de jeu.


Les loges des stars

Beaucoup de personnes ont encore dans leur mémoire des années 70, les gros succès des galas des vedettes du show-bizz. En plus des gradins, les bénévoles du comité des Fêtes tapissent la piste de chaises pour que les fans découvrent Michel Fugain, Jo Dassin,  Mireille Mathieu, Enrico Macias qui eux-mêmes découvrent les loges garlinoises….. En pays coursayre, les stars de l’époque se  préparent dans les loges des coursières sommairement aménagées et décorées.  Sur un espace à la déclivité nettement plus prononcée qu’aujourd’hui, il faut ajuster des cales pour mettre de niveau des estrades où acteurs de théâtre, musiciens de l’Harmonie et d’autres groupes se font écouter et chaleureusement applaudir.


Les jeux béarnais occupent gaillardement la piste et en 1999, lors des Finales cantonales les costauds de Sauveterre doivent s’employer à fond pour mettre à la raison les 8 tireurs du canton de Garlin.


Avant 2003 et l’ouverture de la superbe salle de cinéma on projette l’été, dans le cadre de Ciné-étoiles, des films  sous l’écran noir de la voûte étoilée.

RetourPatrimoine_et_curiosites.html

Les Arènes ont leur Histoire

Dans les archives de la commune de Garlin, on retrouve en 1811 une proclamation du maire Philippe Pédemounicq, invitant les garlinois à fêter la naissance du « Roi de Rome », fils de Napoléon 1er, en assistant à une course de vaches landaises. Cette course a lieu sur l’actuelle place de la Liberté où on dispose  tout autour des chars à foin pour accueillir les spectateurs.  Il en est ainsi jusqu’en 1875 date à laquelle on construit des amphithéâtres en bois sur la place du Marcadieu. En partie démontables, ces « arènes » inaugurées triomphalement par le troupeau Barrère le 1er et 2 octobre 1922,  accueillent les courses jusqu’en 1937.

Si le Cours de la République est le cadre de jeux comiques avec des vachettes – Malou Routis et Georges Sole rigolent encore des facéties des amuseurs locaux dans le jeu du Don Tancredo – c’est en 1947 que les arènes prennent place sur leur site actuel, aux Embarrats. Essentiellement utilisées à l’origine pour la course landaise, très prisée du public, ces arènes pour lesquelles les garlinois ont fourni le bois ou la main d’oeuvre vont peu à peu diversifier leurs utilisations et tendre vers une certaine  polyvalence.

Les jeunes font le spectacle

Au mois de juin, les fêtes scolaires trouvent un remarquable cadre d’expression dans cette enceinte close où la vision panoramique donne du relief aux évolutions des enfants.

2004, 2005, 2006 trois années exceptionnelles

Mais bien évidemment ce sont les spectacles taurins qui valent ses lettres de gloire aux Arènes de la Porte du Béarn. Parmi une multitude de moments d’extrême émotion, où les vivats des triomphes se mêlent aux meurtrissures des corps et des âmes, comment ne pas privilégier 3 évènements exceptionnels.

Le 25 avril 2004, en écho à la demande de la vox populi, Fernando Cruz après une faena d’anthologie obtient la  grâce pour « Idealista », superbe novillo N°128 de Fuente Ymbro. Le 18 septembre 2005, c’est le triomphe des  béarnais en course landaise. Le ganadero Henri Tilhet et l’écarteur Loïc Lapoudge de Bentayou-Séré remportent la coupe de France des cuadrillas. Et le 15 juillet 2006, c’est un rêve vieux de 20 ans qui se réalise et récompense tous les bénévoles du comité des fêtes et de la Peña taurine. L’arène est comble, plus un seul billet à vendre, No Hay Billetes. Il faut aussi y voir, une belle reconnaissance de l’attachement  fort manifesté par les municipalités successives envers des arènes municipalisées en 1957 après avoir été propriété du comité des fêtes. Tranche après tranche, les dernières équipes d’élus réhabilitent en dur, aménagent, embellissent la vieille structure en bois. En 2002, répondant à la sollicitation de la peña taurine, des Amis de la course landaise et du comité des fêtes, des aménagements conséquents, fonctionnels et judicieux, impulsés par la municipalité, donnent une nouvelle dimension à ce remarquable espace. Un lieu magique que Michel Maffrand, Jan du groupe occidan Nadau, avait identifié comme le rond naturel de l’échange et de la convivialité.